Mes lectures

A crier dans les ruines, Alexandra Koszelyk

Aux Forges Vulcain, 2019
Roman, Tchernobyl, enfance, amour, famille, exil, légendes, nature
❤ Coup de Coeur ❤

Résumé: Tchernobyl, 1986. Lena et Ivan, deux adolescents amoureux l’un de l’autre, voient leur vie bouleversée par l’explosion de la centrale. Si Lena, croyant Ivan mort, part avec sa famille en France, Ivan, qui n’a pas pu quitter la zone, attend son retour. Déracinée, la jeune fille tente d’oublier son passé. Vingt ans plus tard, elle fait le chemin inverse, et repart en Ukraine.

Avec ce roman, nous suivons Lena, qui a grandit à Prypiat, lieu de la catastrophe de Tchernobyl. C’est une petite fille brillante, qui grandit auprès de ses parents et de sa grand-mère. Son meilleur ami depuis toujours, Ivan, est aussi son premier amour, ils partagent un univers bien à eux. Mais la catastrophe chamboule leurs vies. Lena part pour la France, elle s’éloigne, l’Ukraine est loin, doit être oubliée, elle reste pourtant très présente pour Lena. C’est l’exil, la déchirure, le départ vers l’inconnu pourtant on explique à Lena que c’est une chance, elle fait parti des privilégiés. Pourtant elle reste l’étrangère, la fille de l’Est. L’Est pourtant n’est plus évoqué à la maison, on doit l’oublier, le passé n’est plus, il est mort, tout ce qu’ils ont laissé derrière l’est, comme Ivan.
Vingt ans plus tard, Lena doit revoir son pays, elle en a besoin. C’est le retour vers le passé, pour retrouver ses origines, ses racines.
« Il lui est impossible de superposer deux réalités: les souvenirs de son enfance n’arrivent pas à se fixer sur ces ruines. Face à elle, le réel d’une vi(ll)e à jamais engloutie. »

J’ai plongé dans cette histoire comme dans un conte, à la fois grâce à la plume de l’actrice mais aussi car Lena aime les histoires et les légendes et que l’on en rencontre au fil du récit. La plume de l’autrice est magnifique, envoutante et poétique, ce roman qui mêle catastrophe de Tchernobyl et histoire d’amour est extrêmement réussi. Lena et Ivan ont été séparés, ils suivent des trajectoires très différentes, Lena étudie et plonge dans la vie Parisienne, Ivan lui est resté en Ukraine, il faut survivre, rester en bonne santé, grandir dans un pays ébranlé avec l’amertume qui grandit.

J’ai beaucoup aimé la place de la nature dans ce livre, la nature bafouée, repoussée qui reprend ses droits. La nature que les hommes pensent dominer mais ce n’est pas le cas. La ville moderne dans toute sa splendeur qu’était Prypiat ne laissait que peu de place à la nature, avec la catastrophe, elle va reprendre ce qui lui appartient.
« Chaque semaine, j’assiste à des réunions : nous parlons des conséquences de la folie des hommes, de leur ambition à dompter la nature. Nous réfléchissons au maintien des équilibres naturels. Malheureusement, cela fait des années que l’homme agit en être tout-puissant. Il est temps de penser aux conséquences. »

C’est une très belle histoire, portée par une plume élégante et poétique, je suis complètement sous le charme de ce roman que je n’arrivais pas à lâcher. C’est un très beau coup de coeur et je ne peux que vous le recommander chaudement.

Connaissez-vous? Qu’en avez-vous pensé? Etes-vous intéressé?
Je vous souhaite de belles lectures 🙂

4 réflexions au sujet de « A crier dans les ruines, Alexandra Koszelyk »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s