Mes lectures

Big Bones, Laura Dockrill

Robert Laffont, Collection R, 2018
Jeune adulte, journal, journal alimentaire, journal intime, poids, obésité, nourriture, famille, adolescence

« Je ne suis pas grosse, j’ai juste de gros os ! »
Salut, moi, c’est Bluebelle, alias BB, alias Big Bones, rapport à mes  » gros os « . J’ai seize ans, je suis une gourmande, et je ne m’en cache pas. En même temps, ce serait un peu difficile à dissimuler, vu mes rondeurs…
Seul souci, après une crise d’asthme, maman m’a emmenée chez un médecin qui m’a OBLIGÉE à tenir un journal de ce que je mange.
Sauf que moi, je m’aime comme je suis, et je n’ai aucune envie de guérir puisque je ne suis pas malade !

Big Bones c’est une histoire simple qui nous parle de sujets forts, cela aborde les complexes dans le but de décomplexer, avec humour et légèreté. Toutefois, cela aborde les aspects importants : la santé, l’estime de soi, le regard de l’autre.

Ce roman nous parle aussi de famille, d’amour et d’amitié. Les relations familiales sont très bien abordées je trouve, dans leurs complexité et leur fragilité. J’ai beaucoup aimé celles entre Bluebelle et sa sœur, et les difficultés avec leurs parents qui sont en pleine séparation.
La relation entre BB et sa sœur, elle est très bien mise en place, complexe et réaliste je trouve. Les filles sont très différentes, se chamaillent et ne se comprennent pas toujours mais elles s’aiment et se soutiennent, elles ne se jugent pas.

Bluebelle est touchante, elle est censée noter tout ce qu’elle mange mais, ce carnet diabolique, vu comme un ennemi, va devenir plus que cela : un journal intime, un confident.
Elle adore manger et nous donne envie avec certains plats dont elle parle. Il y a en effet beaucoup (trop) de descriptions de nourriture et cela casse le rythme de l’histoire et fait que le roman manque de rythme et tourne parfois en rond. Si il arrive à nous mettre l’eau à la bouche, trop de plats peuvent écoeurer ; ce n’est pas vraiment un livre que l’on dévore. On se laisse porter et on suit le cheminement de Bluebelle mais on peut être freiné par nombreuses recettes ou descriptions.

Bluebelle a une façon incroyable de relativiser et de s’accepter, elle pousse à aimer son corps tel qu’il est avec ses défauts. Elle arrive à nous persuader de nous aimer comme nous sommes, en nous montrant l’exemple. Elle est en surpoids mais elle aime son corps et ne s’interdit aucune tenue courte ou un peu dénudée. Elle parle avec humour et légèreté et qu’est ce que ça fait du bien, c’est vraiment une approche rafraichissante.
Cependant, comme beaucoup d’ados, elle fait attention au regard des autres et pense que l’on ne la voit qu’à travers son poids. C’est donc assez paradoxal car elle s’assume mais est aussi obsédée par l’image de grosse que l’on a d’elle.

Mais la vie de BB va être chamboulée par un événement tragique et les doutes qu’elle a toujours su faire taire ainsi que ses angoisses vont resurgir.

C’est donc une bonne lecture dont j’ai particulièrement aimé les thématiques : grandir, les relations familiales et l’acceptation de soi. C’est une lecture décomplexante pour laquelle je remercie les éditions Robert Laffont et Netgalley car j’ai passé un bon moment.

Connaissez-vous ? Etes vous tenté ?
Je vous souhaite de belles lectures 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s