Mes lectures

Les rêveurs, Isabelle Carré

Grasset, 2018
304 pages
contemporain, famille, enfance, adolescence, drame, théâtre, secrets de famille

Isabelle grandit dans les années 70 dans une famille de rêveurs qui part un peu à la dérive. Elle nous dépeint son enfance, en version romancée, et une époque. Parfois insouciante parfois malheureuse, c’est le théâtre qui va l’aider et la sauver.

Ce livre est un premier roman d’une grande sensibilité, nous suivons un fil de souvenirs qui peut paraître sans but mais qui nous entraines dans une époque et raconte l’histoire d’une famille, la sienne, mais pas seulement, c’est toute une époque qui transparait à travers ce récit. J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle et c’est une très belle découverte.

« J’ai six ou sept ans, et ce rêve revient de plus en plus souvent. Je sais bien que ce n’est qu’un cauchemar, mais il semble contenir une vérité que je ne saurais ignorer : ma mère ne me voit pas, elle ne me sauvera d’aucun danger, elle n’est pas vraiment là, elle ne fait que passer, elle est déjà passée. Elle s’en va. »

C’est avec l’histoire de sa mère que l’on commence le récit et j’ai beaucoup aimé ce démarrage ; commencer pas seulement par son passé mais par son histoire, celle de sa famille. C’est le point de départ et de là, nous suivons cette famille, comment elle se construit et les rêves des uns et des autres, réalistes, réalisables, réalisés, ou non.

J’ai aimé la plume délicate, poétique et élégante de l’autaure. Elle nous entraine dans cette histoire que l’on suit, passant d’un moment à un autre, d’une époque à une autre, sans transition réelle, comme dans un rêve.

La thématique de la famille permet d’aborder beaucoup de facettes du sujet et la façon dont ils sont abordés les sort du cadre autobiographique pour les rendre plus universels. On aborde l’amour, la famille, l’éducation, l’homosexualité, le milieu social et, au milieu de tout cela, il y a Isabelle, petite fille puis jeune fille qui tente de se construire. Elle, discrète et souriante, va se tourner vers le théâtre ; la jeune fille y trouvera un moyen de s’exprimer.

C’est un premier roman d’une grande délicatesse, porté par une écriture poétique et élégante, qui retrace le destin d’une famille peu conventionnelle, d’une jeune fille qui dans les années 70, cherche à se construire. Une très belle découverte pour moi.

Connaissez-vous ? Etes-vous intéressé ? Tenté ?
Je vous souhaite de belles lectures 🙂

4 réflexions au sujet de « Les rêveurs, Isabelle Carré »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s