Mes lectures

Et soudain, la liberté, Evelyne Pisier et Caroline Laurent

Editions les escales, 2017
448 pages
roman, biographie romancée, éditeur, femme, féminisme, lutte, émancipation
❤ Coup de Cœur ❤

Mona Desforêt est jeune et belle, mariée à un haut fonctionnaire et ayant une petite fille, elle vit une belle vie en Indochine. Puis, la guerre les camps japonais… La famille fuit en Nouvelle-Calédonie mais la vie y est monotone pour Mona. Grâce à la lecture, elle va découvrir le féminisme et ses luttes et, s’émanciper. Elle entrainera sa fille dans ses combats, cette dernière s’engagera aussi pour la libération des peuples et ne rêvera que de Cuba où elle fait la rencontre de Fidel Castro.

J’avais vu ce roman un peu partout avant de le recevoir dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle. Je ne savais pas du tout de quoi il parlait mais, à trop le voir, je n’étais pas vraiment tentée. Puis, j’ai vu que j’allais le recevoir et je me suis intéressée au résumé et là j’ai été intriguée. J’ai beaucoup aimé les thématiques de ce roman à la construction si particulière qui m’a emportée dès des premières pages pour ne plus me laisser m’en échapper.

J’ai aimé :

  • les thèmes que ce roman aborde : le féminisme et la condition de la femme, le colonialisme, la liberté, le racisme, les relations familiales et en particulier la relation mère-fille mais aussi l’écriture, le travail de l’éditeur et sa place dans la préparation d’un roman.
  • le personnage de Mona, la mère, que j’ai trouvé fascinant. Cette femme a été élevée pour être une bonne épouse, elle vit une vie agréable quand, tout est chamboulé. La guerre éclate en Indochine, d’une position aisée et privilégiée, elle se retrouve enfermée dans un camp, maltraitée. Puis, quand le cauchemar semble prendre fin, la reconstruction de la vie de famille s’avère être difficile et l’ennui s’installe. L’évolution de ses sentiments en parallèle avec sa découverte de la cause féministe provoque une rupture. Mona se passionne pour la lutte et transmet cela à sa fille. Mona incarne complètement le célèbre « on ne nait pas femme, on le devient ». Elle était comme une petite fille, même étant adulte et mère et elle va évoluer, gagner en force pour devenir une femme de convictions.
  • le jeu qui s’est installé pour moi et qui consistait à essayer de savoir quels éléments de l’histoire étaient de l’ordre de la biographie et lesquels relevaient de la fiction. Ce livre nous parle avant tout de l’auteure, Evelyne Pisier, de sa famille, de son passé, de son enfance. Mais dans tout cela, tout n’est pas de l’ordre de l’autobiographie, cela est romancé. Les personnages ont des noms différents des personnes réelles appartenant à la famille d’Evelyne Pisier et par exemple, cette dernière a une sœur, or celle-ci n’existe pas dans ce roman. Je me posais donc beaucoup de questions dont celle-ci : est ce que cela est bien vrai  ou est ce ajouté ou transformé pour le livre ? Ce sont les passages dans lesquels l’éditrice intervient, qui, nous donnent des indices ou même des clés pour comprendre.

J’émets un tout petit bémol concernant ce livre que j’ai pourtant adoré et qui reste un coup de cœur, c’est la construction du récit avec en alternance l’histoire que nous raconte l’auteure et le point de vue de l’éditrice qui nous parle du travail de rédaction. Cette construction peut perturber ou même en rebuter certains. J’ai aimé connaître ce travail de l’éditrice et son intervention met les choses en perspective quand à l’auteure et ses volontés, sa vie… Ils nous permettent de découvrir la vraie femme derrière le récit et j’ai beaucoup aimé cela. Cependant, cette alternance était parfois gênante, j’avais vraiment envie d’avancer dans le récit et j’étais parfois déçue d’en revenir au présent, à la rédaction du texte, à l’auteure dans le présent. J’ai tellement aimé ce récit, j’aurais aimé qu’il y en ai plus même ; mais cela ne veut absolument pas dire qu’il n’y a pas d’intérêt aux passages écrits par l’éditrice qui justement, sont très bien écrits et nécessaires.

C’est donc une très belle lecture, un coup de cœur, je suis ravie d’avoir pu lire ce livre et je pense qu’il va rester avec moi un moment.
Connaissez-vous ?
Je vous souhaite de belles lectures 🙂

11 réflexions au sujet de « Et soudain, la liberté, Evelyne Pisier et Caroline Laurent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s