Mes lectures

Interférences, Connie Willis

Bragelonne, 2017
522 pages
science-fiction, anticipation, communication, amour, sentiments, cerveau, suspens

Briddey est ravie, son petit ami Trent vient de lui demander de faire une AEC. Il s’agit d’une intervention chirurgicale cérébrale qui permet d’améliorer la vie de couple en faisant partager à ceux qui la subissent leurs sentiments. Preuve d’amour donc puisqu’il est impossible de mentir sur ses sentiments. Malheureusement pour Briddey, les choses ne se passent pas comme prévu et elle se retrouve connectée à quelqu’un d’autre. L’amour et la communication sont bien plus compliqués que ce qu’elle pensait.

J’ai été très attirée par la couverture de ce roman ainsi que par son résumé car je me disais que le fait de savoir tout ce que ressent son conjoint n’est pas une bonne idée et que ça allait forcement mal tourner ! J’ai beaucoup aimé cette lecture dans laquelle je suis rentrée avec facilité, c’est entrainant et le suspens qui est maintenu nous pousse à avancer dans notre lecture malgré quelques longueurs.

J’ai aimé :

  • le thème du trop plein de communication, le besoin de connexion permanent. On est noyé dedans, dès les premiers chapitres, on le ressent à travers la protagoniste qui est sans cesse sollicitée; il semble que se séparer de son téléphone, ne pas répondre à un message ou un appel soit une catastrophe. De plus, dans ce livre on franchit une limite supplémentaire, le partage de tout ce qu’on ressent avec la personne qui partage notre vie. Pour atteindre ce niveau de connexion, censé améliorer la vie de couple, la communication et la vie sexuelle, il faut en passer par une opération du cerveau. Cette demande d’opération de la part d’un des conjoints est la preuve d’amour ultime, c’est un engagement profond.
  • le lien entre Briddey et CB un de ses collègues un peu étrange. C’est le seul à comprendre réellement ce qui lui arrive et ce qu’elle peut ressentir. Il est contre l’opération qu’elle veut subir et essaie de la mettre en garde. Briddey ne veut pas s’approcher de cet homme étrange qualifié de Bossu de Notre-Dame car il reste reclus dans les confins de son bureau et a un style particulier.
  • le suspens qui nous fait oublier les longueurs qu’il peut y avoir dans le récit et nous pousse à tourner les pages afin de comprendre et de savoir ce qu’il adviendra des personnages. On a beaucoup de retournement de situations, des explications sur le fonctionnement de la télépathie, le tout rythmé par de nombreux dialogues. La plume enlevée m’a donc facilement emporté

C’était donc une lecture très agréable, vive et riche en rebondissement et, même si les longueurs m’ont parfois un peu perdu ou ennuyé et que j’aurais aimé un peu plus de romance, j’ai beaucoup apprécié ce livre. Je remercie chaleureusement Netgalley et les éditions Bragelonne pour ce service presse.

Connaissez-vous ce livre ou l’auteure ? Des recommandations sur d’autres titres qu’elle aurait écrit ? N’hésitez pas à me dire tout ça en commentaire.
Je vous souhaite de belles lectures 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s