Mes lectures

Conte d’hiver, Mark Helprin

Le livre de poche, 2014
1003 pages
Roman, fantastique, New York, amour, hiver

Conte d’hiver commence sous la neige, un matin tranquille, dans les rues de New York. Un cheval blanc échappé de son écurie de Brooklyn trotte vers Manhattan. Son chemin va croiser celui d’un homme en fuite… Conte d’hiver est une ode à la ville que l’on traverse comme le temps, où l’on se promène à la fin du XIXe siècle et autour de l’an 2000. C’est un New York fantasmé, peuplé de personnages étranges et fascinants : un cheval qui vole, un tatoueur orphelin, une femme amoureuse des mots, un gang féroce et des hommes qui rêvent d’« une ville parfaitement juste ». C’est aussi l’histoire d’un amour fou entre un voleur magnifique et une jeune fille fortunée qui, pour s’aimer, devront braver les conventions sociales et les limites de la mort. Il y a tout cela dans Conte d’hiver : la folie, le rêve, le fantastique, le comique, l’invention poétique.

C’est une livre pour lequel je m’enthousiasmais beaucoup, je l’ai reçu dans une box livre et c’était une très jolie surprise. Le résumé, ainsi que la couverture, me plaisaient beaucoup (c’est pourquoi je repris le résumé de la quatrième de couverture).
Le livre a pris la poussière quelques temps mais j’étais ravie à l’idée de l’inclure dans ma PAL pour le Cold Winter challenge.
Cependant, je n’ai pas réussi à entrer dans cette histoire, j’ai peiné, je me suis accrochée et j’ai lu un peu plus de 300 pages de cette belle brique de plus 1000 pages en poche avant de dire stop. Je n’aime pas abandonner un livre, avec le sentiment d’inachevé et d’insatisfaction que cela provoque mais je n’aime pas me forcer non plus.
J’ai donc décidé d’abandonner cette lecture.

J’ai aimé mais aussi regretté :

  • l’ambiance assez étrange qui bascule parfois vers le rêve ou la folie.
  • les personnages désillusionnés mais poétiques. C’est beau mais j’ai trouvé que cela manquait de joie et de lumière car c’est une impression de noirceur, ou du moins de grisaille, qui se dégage de ce livre.
  • les nombreux personnages. J’aime les romans chorales ou les romans avec beaucoup de personnages pour découvrir les choses sous des angles différents m’attacher à une famille, un groupe d’amis, une petite communauté. Cependant, ici cela m’a un peu perdu. Le fait de perdre des personnages en cours de route, même s’ils participent à l’évolution d’un personnage ou de l’histoire, je ne peux m’empêcher d’y voir un certain éparpillement.

J’ai aimé :
– la ville de New York, personnifié de façon magnifique. C’est un personnage à part entière, elle est vivante et vibrante.

Malheureusement, ce roman n’a pas réussi à m’intriguer suffisamment pour me faire aller au bout des 1000 pages. J’aurais aimé accrocher, vraiment, et me laisser emporter, mais l’ennui et une lecture poussive de trois cent pages ont eu raison de ma curiosité et de mon enthousiasme.

Connaissez-vous ? Des avis ?

Je vous souhaite de belles lectures 🙂

7 réflexions au sujet de « Conte d’hiver, Mark Helprin »

  1. Je partage ton avis.

    Si tu veux lire un bon livre de plus de 1000 pages, le dernier de Paul Auster, il serait apparemment très bien écrit.

    Il est sur ma reading list mais dans notre médiathèque du lycée il n’y a que la traduction du livre en turc. Je pense l’acquérir en anglais . Il m’est difficile de trouver des livres en français. Je suis expatriée à Istanbul depuis plus de deux ans. Acheter sur Amazon c’est trop coûteux avec la livraison.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s